Vous pouvez prendre rendez-vous par téléphone au 06 79 69 17 71  ou ClicRDV

Vous pouvez prendre contact par courriel à l’adresse:

Les interventions en entreprise et les consultations se font sur rendez-vous, du lundi au samedi midi

Adresse: 38 rue Frédéric Chopin, 44220 Couëron

Le shiatsu dans les médias

Le shiatsu dans les médias

Discours du professeur Bernard Debré :

Le Professeur Bernard DEBRE (ancien ministre et Chef de Service du Département urologie de l’Hôpital Cochin à Paris), a tenu ce discours lors des Vème Journées International du Shiatsu à Paris en juin 2010 : « Personnellement je crois en l’efficacité du Shiatsu tout simplement parce que j’en ai fait l’expérience. La relaxation du mental, c’est une technique qui permet de se sentir mieux physiquement et moralement. Les deux sont liés. Ce que je regrette c’est effectivement que cela ne soit pas plus généralisé. J’ajoute que le fait que tout le personnel, infirmières, médecins, ait manifesté une adhésion totale à cette expérience est un signe encourageant et significatif de la bonne cohésion du groupe. J’y vois un gage d’efficacité. De plus, un certain nombre de problèmes sociaux ou personnels peuvent au passage être ainsi dédramatisés. Ne voyez pas là une marque de paternalisme mais plutôt une conscience claire de ce que doit être l’ambiance au sein d’une équipe soignante confrontée en permanence à la souffrance et à la mort des autres. Cette prise en charge, cette convivialité, cette cohésion d’équipe sont des éléments fondamentaux et je reconnais y veiller personnellement dans le cadre de ce service. Pour moi le Shiatsu y contribue, il est un facteur très important de cette politique de « bien-être ».   Les médecines chinoises s’infiltrent à l’hôpital LE MONDE | 11.10.2011 Cela fait des années que Sabine (le prénom a été changé) a des vertiges. Elle est pour cela suivie dans le service d’otho-rhino-laryngologie (ORL) du professeurGeorges Lamas à l’hôpital parisien de La Pitié-Salpêtrière. Après deux séances de shiatsu, la sensation de “tête flottante” qui l’incommode a disparu. Le shiatsu, littéralement “pression des doigts”, est une technique d’origine japonaise. C’est une médecine énergétique qui vise à rétablir l’harmonie du corps en agissant sur les méridiens, selon les principes de la médecine traditionnelle chinoise. Sabine fait partie de la trentaine de patients de ce service à avoir suivi des séances de shiatsu. “Cette pratique vise à apporter un complément, voire un réconfort aux patients qui sont en souffrance. La rééducation classique ne soigne pas tous les symptômes : acouphènes, raideurs de la nuque, stress”, explique Sophie Jamet, infirmière diplômée en rééducation vestibulaire, à l’origine du projet, qui a démarré il y a un an. Les patients ont droit à trois séances gratuites, puis trois dans un dispensaire proche. Parallèlement, une fois par mois, des massages sont proposés au personnel. La prochaine étape serait d’évaluer scientifiquement ces données, indique Céline Kilhoffer, cadre de santé. Si les bienfaits du shiatsu sont réels, il reste à les évaluer. Une étude, en cours d’écriture de procédure, sur l’apport du shiatsu pour atténuerla fatigue liée à certaines pathologies neurologiques comme la sclérose en plaques (SEP), la maladie de Parkinson ou la sclérose latérale amyotrophique (SLA), devrait démarrer au second semestre 2012 dans le cadre d’un programme hospitalier de recherche clinique (PHRC), à l’initiative du docteur Nadine Le Forestier, neurologue à La Pitié-Salpêtrière. “Cette pratique, qui se veut complémentaire des traitements au long cours, ne pourra être introduite que si elle est officialisée par une recherche thérapeutique rigoureuse”, explique le docteur Le Forestier. L’idée est née lorsque ce médecin a reçu un courrier de la fille d’une de ses patientes, décédée. “Cette femme, atteinte de SLA, a vu ses douleurs atténuées par le shiatsu et a eu une fin de vie plus paisible”, précise Bernard Bouheret, praticien et enseignant de shiatsu depuis trente ans. L’expérience est également positive pour les parents d’enfants adoptés. Le pédiatre Frédéric Sorge proposait, lorsqu’il était à Saint-Vincent-de-Paul, d’apprendre aux parents adoptifs à toucher leurs enfants avec la technique du shiatsu. Il souhaite poursuivre l’expérience à l’hôpital Necker. Le shiatsu fait partie des nombreux traitements complémentaires qui font leur entrée dans les hôpitaux. Une vingtaine de services des hôpitaux de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) intègrent la médecine chinoise, médecine ancestrale. Elle recouvre quatre grandes disciplines : la pharmacopée, l’acupuncture, les massages thérapeutiques (tui na, shiatsu), et les pratiques psycho-corporelles (qi gong et tai-chi). L’acupuncture est par exemple utilisée pour traiter la douleur en obstétrique ou en gynécologie notamment. Le qi gong est proposé aux personnes obèses dans le service de nutrition de la Pitié de Jean-Michel Oppert. “Notre but est d’identifier quels traitements peuvent être efficaces en intégrant la médecine chinoise à la prise en charge conventionnelle”, souligne le Dr Catherine Viens-Bitker, chargée de cette question à la direction de la politique médicale de l’AP-HP. “Cela peut être très utile en prévention secondaire des maladies chroniques, poursuit-elle. J’ai suivi une femme atteinte d’un cancer du sein en chimiothérapie. Elle avait des picotements très forts au bout des doigts, de fortes douleurs dans les mains, et perdait ses ongles. Après une séance de shiatsu et de l’acupuncture, la douleur a disparu, les picotements sont devenus gérables et elle n’a plus perdu ses ongles”, explique Maxime Rigobert, praticien de shiatsu. “50 % des patients en oncologie et 75 % des personnes souffrant d’une maladie chronique ont recours à des médecines complémentaires. Elles ont de bons effets, sont sans toxicité majeure et coûtent moins cher”, explique le professeurJean-Raymond Attali, de la Fédération mondiale des sociétés de médecine chinoise (WFCMS). “Le shiatsu atténue les effets de la chimiothérapie, comme la fatigue ou les nausées”, explique Bernard Bouheret. “L’usage montre que cela marche. Il faut maintenant mettre en évidence cette efficacité”, ajoute le Dr Viens-Bitker. Neuf projets de recherche ont été retenus dans le PHRC d’Ile-de-France, qui en compte 900. Un colloque sur la médecine chinoise en milieu hospitalo-universitaire s’est tenu le 16 septembre à La Pitié-Salpêtrière. Les médecines dites complémentaires constituent en outre l’un des points du plan stratégique 2010-2014 de l’AP-HP. “Le but est de faire de ces thérapies des actes du quotidien, pour la santé de nos patients”, a affirmé Mireille Faugère, directrice générale de l’AP-HP, lors de ce colloque. Les réticences restent fortes. Le professeur André Grimaldi, diabétologue, a vivement raillé ce colloque. “Notre rôle est d’avancer dans la connaissance de ces médecines, sans a priori”, concède le docteur Catherine Viens-Bitker. Malgré les freins, le mouvement est lancé. Pascale Santi http://www.lemonde.fr/societe/article/2011/10/11/les-medecines-chinoises-s-infiltrent-a-l-hopital_1585753_3224.html   “Mieux que les médicaments antistress, le shiatsu” Le Monde du 10.03.09 Allongé habillé au sol sur une natte, un massage shiatsu, dit “thérapeutique”, vous redonne de l’énergie. Toute la philosophie de cette technique japonaise repose sur le taoïsme – qui fait partie des trois enseignements de la Chine classique avec le confucianisme et le bouddhisme. “Ne poussez pas la rivière, elle coule toute seule”, résume Bernard Bouheret, kinésithérapeute, praticien et enseignant de shiatsu thérapeutique depuis trente ans. “Le tao vise à conquérir un état de paix intérieure en harmonie avec le temps qui passe et aussi avec le temps qu’il fait”, explique M. Bouheret qui vient de publier Shiatsu thérapeutique et plantes d’Amazonie (Testez éditions, 192 p., 29 euros). Au début de la séance, M. Bouheret fait un bilan du pouls, qui consiste à saisirdouze pulsations sur l’artère radiale des deux poignets. “Cela nous renseigne sur l’état énergétique des organes et sur l’équilibre global du corps”, explique-t-il. Le bilan de la prise de pouls nécessite doigté, réceptivité, intuition et déduction. “On dit que l’on ouvre la porte de l’être du patient”, indique M. Bouheret. Commence alors la séance de massage. Quarante-cinq minutes après, vous vous sentez apaisé. Le shiatsu “vise à restaurer la libre circulation de l’énergie dans le corps. Chaque point est comme une écluse qui s’ouvre ou se ferme suivant les besoins (saisons, climats, horaires de la journée, dysfonctionnements, etc.)”, détaille M. Bouheret. “Le shiatsu est une discipline énergétique manuelle à vocation non médicale. Issu de la médecine traditionnelle chinoise, il appartient au domaine du bien-être et du confort des personnes, explique Claude Didier, porte-parole de la Fédération française de shiatsu traditionnel (FFST). Face à la société de mal-être, on ne propose pas du Prozac, mais du shiatsu.” “SE PRENDRE EN MAIN” “Le shiatsu thérapeutique pose un bilan de santé et demande à la personne concernée de se prendre en main pour retrouver la voie juste et l’équilibre, alors que dans le shiatsu, dit “de bien-être”, le receveur ne fait que déguster sans rienattendre d’autre que le plaisir de recevoir”, insiste M. Bouheret. Face à des muscles raidis, le plus souvent par le stress de la vie quotidienne, le masseur redonne de la circulation, de la vie, de la légèreté, de l’équilibre. “Le shiatsu thérapeutique est une véritable médecine manuelle, enseignée et reconnue au Japon depuis 1955. Elle règle plus ou moins les mêmes choses que l’acupuncture, et ce n’est pas peu…”, affirme M. Bouheret. Si elle ne guérit pas les maladies, cette discipline “aide le corps à s’autoguérir. C’est une forme d’hygiène naturelle qui stimule les défenses naturelles, un art du bien-être”, selon M. Didier. Créée en 1994 avec la volonté d'”organiser la profession”, la Fédération de shiatsu rassemble 3 000 membres et une centaine d’écoles affiliées. “Nous sommes très vigilants sur la formation”, assure M. Didier, qui précise qu'”il y a 30 % de recalés.”Signe de reconnaissance, la FFST intervient chaque semaine, dans le service du professeur Bernard Debré à l’hôpital Cochin, à Paris, pour dispenser des séances de shiatsu au personnel soignant. http://www.lemonde.fr/vous/article/2009/03/10/mieux-que-les-medicaments-antistress-le-shiatsu_1166015_3238.html